Le Dragon du Rhin | Mobile Rechercher Plan du site | allemand anglais espagnol

Troisième Reich et Seconde Guerre mondiale

Allemagne Nazi

Le 30 janvier 1933, Hitler est nommé Chancelier du Reich. Le plan du vice-chancelier von Papen de "coincer Hitler" échoue vite. Dès le 1er février, Hitler fait dissoudre le Reichstag par Hindenburg, pendant la campagne électorale, les milices nazis, les SA et les SS, terrorisent les rues. Des opposants sont brutalisés, même tués.

En février, le Reichstag est en flammes. Aussitôt Hitler en profite pour faire persécuter les communistes et d'autres opposants selon des listes établies depuis longtemps. De plus, il persuade Hindenburg à signer le "décret du président du Reich du 28 février 1933 pour la protection du peuple et de l'État" qui suspend toutes les libertés civiles garanties par la république de Weimar, et ainsi donne aux nazis les pleins pouvoirs.

L'état totalitaire

Aux élections du 4 mars, le Parti national-socialiste récolte 43,9 % des voix. Immédiatement Hitler prend des mesures pour atteindre ses buts: le 24 mars 1933, le Reichstag (le parlement) fait voter la loi allemande des pleins pouvoirs (en allemand: "Ermächtigungsgesetz") par laquelle le parlement cède presque son pouvoir entier au chancelier. Seul le président du Parti social-démocrate, Otto Wels, prend la parole au Reichstag et s'oppose clairement, le SPD vote contre la loi. En été de la même année, tous les partis sauf le NSDAP ainsi que les syndicats sont interdits. En 1934, les parlements des Länder sont abrogés (en allemand "Gleichschaltung der Länder"). Des hommes politiques de l'opposition sont poursuivis, y compris Konrad Adenauer, maire de Cologne. Hitler a proclamé la troisième Reich.

Après la mort de Hindenburg en août 1934, Hitler est à la fois chancelier et président de l'État. Il est entouré d'un culte de la personnalité intense, les soldats prêtent leurs serments de fidélité ne plus à la constitution, mais à Hitler, leur Führer.

Déjà en 1933, la persécution systématique des Juifs et des minorités ethniques commence, la machinerie du terreur est en place. Le gouvernement nazi promulgue une série de lois limitant les droits des juifs allemands. En Septembre 1935, le Reichstag adopte les lois de Nuremberg, y compris la loi sur la protection du sang allemand et de l'honneur allemand: les juifs perdent leur citoyenneté allemande et il leur est interdit de se marier avec des Allemands non-juifs. De même, les Sintis, les des Roms (Tsiganes) et d'autres minorités sont victimes de discrimination, ainsi qu'en Rhénanie les enfants d'un père africain et une mère allemande.

Une politique de fait accompli

Quand Hitler est appelé chancelier, l'Allemagne est membre de la Société des Nations, les réparations lui sont et une première Conférence de Genève sur le désarmement est en train d'accorder à l'Allemagne l'égalité militaire. Quand la France soulève des objections et la conférence n'avance pas, Hitler révoque ses négociateurs. En même temps, il retire l'Allemagne de la Société des Nations. Celle-ci l'accepte.

Peu de temps après Hitler conclut des accords bilatéraux: en 1934 avec la Pologne, en 1935 avec l'Angleterre. En Juillet 1934, une tentative de coup d'Etat des nazis autrichiens échoue. Mais Hitler a réussi à briser la solidarité des grandes puissances européennes. Il applique une politique de fait accompli, et les autres puissances n'interviennent pas. La guerre en Abyssinie et un an plus tard, la guerre civile espagnole divisent les grandes puissances. Hitler soutient Mussolini en Abyssinie et Franco en Espagne. En novembre 1936, Mussolini et Hitler concluent avec le Japon le pacte anti-Komintern. Ceux qui regardent de près reconnaissent que la lutte anti-communiste n'est que façade - les trois pays se considèrent en droit d'étendre leur territoire.

Jeux olympiques à Berlin

En aout 1936, on fete les Jeux olympiques d'été à Berlin. Hitler veut présenter une image positive de l'Allemagne nazi, et en fait - de nombreux visiteurs étrangers aux jeux voient un pays bien organisé, vers l'extérieur hospitalier, paisible, un peuple diligent et un chef de l'Etat qui se comporte modeste et affable. Pourtant, il ne donne pas la main au grand vainqueur afro-américain Jesse Owens.

L'Allemagne nazi a une place dans la politique mondiale, et à l'étranger on commence à voir son succès. Edward VIII d'Angleterre, qui avait renoncé au trône pour épouser Wallis Simpson, lui rend visite et l'admire ouvertement - ses compatriotes sont outrés.

Le Troisième Reich réarme

Hitler garde toutes les options ouvertes. Vers l'extérieur, il affirme sans cesse son pacifisme pour calmer l'étranger et ne pas lui donner une raison pour prendre les armes contre l'Allemagne. Mais derrière la façade d'une propagande de paix il travaille vers le renversement du système haï de Versailles et réarme: entre 1933-1938 l'Allemagne dépense plus d'argent pour l'armement que l'Angleterre, la France et les Etats-Unis ensemble.

Dans le traité de Locarno, l'Allemagne avait accepté la frontière de l'ouest et avait accepté de maintenir la Rhénanie comme zone démilitarisée. Cependant, en 1935, l'Allemagne nazi commence à se réarmer. En Mars 1936, des troupes allemandes entrent en la Rhénanie. Selon le traité de Locarno, le Royaume-Uni devrait intervenir en faveur de la France, mais rien ne se passe. Alors en Allemagne, ce coup renforce la position d'Hitler.

Ses vrais objectifs sont déjà décrits dans "Mein Kampf". Lors d'une conférence secrète en Novembre 1937, il en parle ouvertement à ses commandants: l'expansion violente de "l'espace vital pour les 85 millions allemande en Europe. Le terrain pour la guerre est préparé.

Vers la guerre

En Mars 1938 des troupes allemandes entrent l'Autriche. Deux jours plus tard, l'Autriche est rattachée à l'Allemagne. Le succès de Hitler en Autriche ragaillardie les Allemands des Sudètes qui vivent près de la frontière allemande en Tchécoslovaquie. Hitler leur dit d'amplifier leurs exigences au gouvernement à Prague exigences toujours plus élevées afin qu'un accord devienne hors question.

Le gouvernement du Premier ministre britannique Neville Chamberlain avertit Hitler avant l'utilisation de la force, mais laisse entendre que l'on n'objectera à une révision pacifique de la frontière. L'Angleterre est en retard d'armement, et Chamberlain pense que l'on puisse apaiser en lui accordant des demandes légitimes. Mais Hitler attise la crise. Dans les Sudètes une révolte éclate, elle est écrasée par la force. Alors un règlement amiable est devenu impossible.

Négociations / Chamberlain sur le Petersberg

Néanmoins, Chamberlain essaye de sauver la paix, deux fois il voyage en Allemagne pour négocier avec Hitler personnellement. En Septembre 1938, il vient au Rhin. Le premier ministre et sa délégation s'installent dans à l'hôtel sur le Petersberg, avec tout le confort imaginable. Hitler réside au Rheinhotel Dreesen à Bad Godesberg, de l'autre côté du Rhine. Pour chaque réunion, Chamberlain doit se déplacer. Mais les négociations échouent. Grâce à la médiation de Mussolini, les chefs d'états de l'Allemagne, la France, le Royaume-Uni et l'Italie se réunissent à Munich en Septembre 1938, on permet à Hitler d'annexer les régions peuplées d'Allemands de la Tchécoslovaquie. En Octobre, les Sudètes sont annexés.

Pogromes

Après cinq années de propagande haineuse contre les juifs, les boycotts et les lois discriminatoires, les juifs allemands sont quasiment exclus de la vie sociale et politique, beaucoup d'eux quittent le pays. Dans la nuit du 9 novembre au 10 novembre 1938, la nuit de Cristal (en allemand: Kristallnacht), d'innombrables juifs sont tués ou arrêtés et déportés vers les camps de concentration. Plus de 200 synagogues sont détruites, des milliers de magasins et les maisons juives sont pillées, aussi dans notre région.

La Seconde Guerre mondiale

L'accord de Munich n'a aucune valeur. En 1939, des troupes allemandes entrent dans Prague, puis en Septembre dans Varsovie. En conséquence, la Grande-Bretagne et la France déclarent la guerre à l'Allemagne. La Seconde Guerre mondiale commence, il était encore plus dévastatrice que la première; elle ravage entre 1939 et 1945 et affecte la population civile plus que tout autre guerre auparavant. Environ 62 millions de personnes, dont une majorité de civils, sont tués.

Dans le Troisième Reich, la terreur et la violence règnent, soutenu par une justice du sang. Plus de 70 000 malades et personnes âgées sont tués. La conférence de Wannsee à Berlin 1942 sanctionne la "solution finale à la question juive". Des millions de personnes, principalement des juifs, mais aussi d'innombrables Tsiganes, des Slaves et d'autres groupes ethniques sont arrêtés, déportés et tués dans les camps de concentration en Europe de l'Est. Une opposition légale ou même la résistance ouverte est impossible, et les individus et les groupes qui s'opposent au régime nazi risquent leur vie. Parmi eux sont Hans et Sophie Scholl de la Rose Blanche, exécutés en 1943. Le 20 Juillet 1944, l'attentat de Claus Graf Schenk von Stauffenberg pour tuer Hitler avorte. Lui et d'autres conspirateurs sont exécutés la même nuit.

Le 6 Juin 1944, D-Day, des troupes américaines, britanniques et canadiennes débarquent en Normandie, France. À mi-janvier 1945, l'Armée rouge entre dans la Prusse orientale, et des milliers de réfugiés cherchent abri à l'intérieur de l'Allemagne.

En 1944, une partie de l'industrie de l'armement est transférée dans la mine abandonnée Ofenkaulen et des déportés du travail russes et polonais durent fabriquer des pompes à injection pour des avions de combat. En février et mars 1945, des gens de Königswinter cherchent à se mettre à l'abri des raids aériens dans la mine abandonnée.

Le 7 mars 1945, près de Remagen, les troupes américaines traversent le Rhin. À la fin d'avril 1945, la situation est devenue désespérée pour l'Allemagne. Berlin est prise par les forces soviétiques et polonaises. Hitler se suicide. Le 7/8 mai, la capitulation est signé.

Après la guerre

Du 7 juillet au 2 août 1945, la dernière des conférences de guerre a lieu au château Cecilienhof à Potsdam. L'Allemagne est occupée par les puissances victorieuses: la Grande-Bretagne, la France, les Etats-Unis et l'Union soviétique. Leurs systèmes politiques différents influencent leur politique envers l'Allemagne. Les zones occupées par les Anglais, les Français et les Américains deviennent un pays démocratique, la future République Fédérale d'Allemagne. Les chefs des secteurs forment le "Conseil de contrôle allié." En 1947, les Länder de Rhénanie du Nord-Westphalie, Basse-Saxe, Schleswig-Holstein et la ville-Etat de Hambourg sont créés.

Plan Marshall

Beaucoup de villes sont détruites par les bombes, et de nombreux villages sont en cendres. Les gens ont très peu à manger, de nombreuses maisons sont gravement endommagées et il n'y a pas d'eau courante ou d'électricité ou de télécommunication. Les rues et routes sont détruites, les hôpitaux surpeuplés. L'Allemagne doit tout recommencer à zéro. L'armement et la guerre avaient conduit à l'effondrement de l'économie allemande, et la valeur du Reichsmark était en chute libre. La "monnaie valide", ce sont les cigarettes américaines. Par ordre des Alliés, dans de nombreuses usines, non seulement dans l'industrie de l'armement, les machines sont démontées et emmenées à l'étranger. D'autres usines ne sont pas reconstruites. L'économie allemande ne produit pas assez de revenus pour payer les denrées alimentaires importées.

A l'initiative du Ministre des Affaires étrangères des Etats-Unis, général George C. Marshall, le "Programme européen pour la relance" ou simplement "Plan Marshall" est mis en vigueur, une "lutte contre la famine, la pauvreté, le désespoir et le chaos" qui aide beaucoup à remettre le pays à flot.

Enfin, les États-Unis et la Grande-Bretagne regroupent leurs zones d'occupations en créant la Bizone. Le 3 juin 1948, la zone française (sans la Sarre) rejoint la Bizone, la Trizone est formée. Pendant le carnaval, les Rhénans chantent : "Nous sommes les indigènes de la Trizonesie" (en allemand : "Wirsind die EingeborenenvonTrizonesien").Le directeur de l'administration de l'économie de la Ludwig Erhard met en place une réforme économique, la Deutsche Mark est créé le 20 juin 1948.

"Un rideau de fer s'est abattu à travers le continent" Winston Churchill

Au même temps, l'échec du Conseil de contrôle allié devient évident, parce que les différences entre les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France d'une côté et l'Union soviétique de l'autre sont trop grands. Tandis que les puissances occidentales négocient l'unification de leurs zones d'occupation, l'Union soviétique quitte le Conseil de contrôle allié en Mars 1948. En fait, l'Allemagne est déjà un pays divisé.

Peu de temps après, l'Union soviétique bloque toutes les routes, les chemins de fer et les voies navigables par lesquels les marchandises arrivent à Berlin. Mais les avions américaines et britanniques transportent des vivres, du matériel et des matières premières pour les Berlinois. Grâce aux «bombardiers de raisins secs» et leur grande discipline, les Berlinois survivent l'hiver 1948-1949, et le blocus est levé au début de mai 1949. Mais la séparation et la «guerre froide» sont là.

En 1949, afin de créer un État allemand fort, les autorités occidentales décident de remplacer la trizone par la République fédérale d'Allemagne (RFA), dont le développement sera supervisé par une Haute Commission Alliée. En réaction, les soviétiques transforment la partie orientale qu'ils occupent en République démocratique allemande (RDA). Désormais, l'Allemagne est un pays divisé.

Références

La photo de Cologne est de la Wikipedia allemande, public domain section.