Le Dragon du Rhin | Mobile Rechercher Plan du site | allemand anglais espagnol

Drachenfels (321 m)

Mont Drachenfels, en français le "rocher du dragon", est certainement le plus connu des Siebengebirge. Il a inspiré des poètes tels que Lord Byron et Heinrich Heine, et aujourd'hui, il attire de nombreux visiteurs chaque année.

Si vous faites une excursion en bateau sur le Rhin ou un voyage en train entre Cologne et Francfort, et vous arrivez à la hauteur de Bonn-Bad Godesberg sur la rive gauche et Königswinter et Bad Honnef sur la rive droite, vous avez une vue magnifique sur Mont Drachenfels. Pour beaucoup de gens dans notre région, revoir le Drachenfels après un voyage signifie qu'on est rentré chez soi.

Vous pouvez visiter la ruine du château fort médiéval au sommet. Ça monte fort, mais il vaut bien la peine. Une promenade a travers de la vallée Nachtigallental (en français: la Vallée de Rossignols), partant de la ville de Königswinter, ou par la "forêt sauvage", partant de la ville de Rhöndorf, va certainement vous faire plaisir. De l'arrêt de l'autobus Wintermühlenhof, un chemin pavé mène à la maison Hirschburg et plus loin en direction du Drachenfels. Bien sûr, vous pouvez aussi prendre la Drachenfelsbahn, le train à crémaillère historique au Drachenfels, la station se trouve dans la rue Drachenfelsstraße à Königswinter. Dans tous les cas, vous pouvez voir beaucoup de choses: A mi-chemin se trouve le château Drachenburg. Vers la fin du 19e siècle, le baron de Sarter de Bonn s'y a réalisé un rêve. Le style s'appelle l'historicisme - un style qui a fait usage des formes historiques. Le Vorburg abrite aujourd'hui le musée de l'histoire de conservation de la nature.

Avec tant de romantisme du Rhin, on pourrait oublier que le Drachenfels a son histoire mouvementée. Déjà les Romains y extrayaient du trachyte; à Bonn et Cologne, même à Xanten et Nimègue on construisait avec du trachyte du Drachenfels. Pourtant, notre région ne faisait pas partie de l'Empire Romain. Quelques années après la défaite désastreuse de Varus dans la forêt Teutoburg, l'empereur Tibère à Rome s'est rendu compte que les campagnes en Germanie coûtaient la vie de toujours plus de soldats romains sans remporter une victoire décisive. Désormais, la Gaule romaine était sécurisée par une forte présence militaire à la frontière du Rhin. Malheureusement, nous savons peu de ce qui se passait autour du Drachenfels après la fin du régime romain en Rhénanie.

En Haut Moyen Age, l'archevêché de Cologne apparait en scène. A cette époque-là, les archevêques de Cologne sont déjà des hommes puissants dans le Saint Empire romain. A partir de 1024, ils ont le privilège de couronner les rois à Aix-la-Chapelle, à partir de 1031 ils sont les chanceliers de l'empire. En 1059, l'archevêque Anno II vainc les comtes locaux, les Ezzonen, et ainsi devient l'homme le plus puissant da la région. Il faut se rendre compte qu'à cette époque-là, l'archevêque de Cologne sont à la fois un duc laïque et clérical. Sur le rive droit du Rhin, les montagnes Drachenfels et Wolkenburg et les villages Königswinter et Ittenbach appartiennent à l'archevêché de Cologne. Mais son hégémonie est de plus en plus disputée par les comtes de Sayn du sud et les comptes de Berg du nord. Pour fortifier sa position, en 1140 l'archevêque Arnold I de Merxheim donne des ordres pour construire un château fort sur le Drachenfels. Pendant le Moyen Age entier, le Drachenfels est impliqué dans de nombreux conflits.

L'exploitation des pierres continue, des grandes parties de la cathédrale de Cologne sont construites avec du trachyte du Drachenfels. Les burgraves du Drachenfels en font une fortune considérable. Le plus connu parmi eux, Godart, est un homme très riche et l'Archevêque de Cologne lui doit un montant géant d'argent. En 1425, il doit lui donner Mont Wolkenburg avec le château fort du même nom dessus et le village de Königswinter comme hypothèque.

En 1493, le comte Claus de Drachenfels est tué par son cousin Heinrich. Encore aujourd'hui, une croix en pierre s'élève à la scène du crime, un endroit du nom de Kuckstein (devant la Nibelungenhalle). Heinrich est le dernier des comtes du Drachenfels, il mourut en 1530.

La fin du château vient en 1633 pendant la guerre de Trente Ans. D'abord les Suédois et ensuite les Espagnols occupent le château fort sur le Drachenfels, et des bandes de soldats, la plupart d'entre eux mercenaires, font des dégâts dans les villages. Le château fort sur la montagne Löwenburg est détruit aussi. En 1642, l'Archevêque de Cologne fait détruire ce qui restait du château fort du Drachenfels. Le temps des châteaux est passé, ils ne peuvent plus résister aux armements modernes et ainsi leur maintenance devient trop cher.

Mais les carrières continent. Au début du 19e siècle, les dégâts causés au Drachenfels sont alarmants. En 1826 une partie des murs de la ruine s'écroule. En même temps, à Cologne, on est en train de réparer la cathédrale de Cologne qui était encore inachevée. Comme des grandes parties de la cathédrale sont construites avec le trachyte du Drachenfels, on le demande de nouveau, ce qui est bien intéressant pour les concasseurs de pierres de Königswinter, mais en même temps alarme beaucoup de citoyens et les autorités prussiennes. Oui, à cette époque-là, notre région fait part de la "Province du Rhin" au Royaume de Prusse. Après la défaite de Napoléon 1er, le Congrès de Vienne avait réorganisé l'Europe et avait donné la Rhénanie et la Westphalie au roi Frédéric Guillaume III de Prusse.

Une bataille juridique longue et acharnée commence qui finalement parvient au bureau du roi Frédéric Guillaume III. En 1836, le gouvernement prussien achète le sommet du Drachenfels avec la ruine, pour 10.000 thaler, et décrète de fermer toutes les carrières. Le Drachenfels est classé monument historique et mis sous protection.

Plus haut, nous avons déjà mentionne le train à crémaillère au Drachenfels, en allemand Drachenfelsbahn. Le jour de sa mise en service en 1883 c'était le premier en Allemagne. A cette époque là, il avait une machine à vapeur, vous pouvez voir une vielle locomotive au bout du Drachenfels en face de la station. Et que serait le Drachenfels sans les ânes du Drachenfels bien connue et bien aimés? Les petits enfants peuvent monter sur le dos d'un âne vers le haut.

Marguerite
Le guide des noms vous explique les noms allemands.