Châteaux forts

Château fort Löwenburg, blason Wolkenburg, Drachenfels, Löwenburg
Château fort Löwenburg, blason Wolkenburg, Drachenfels, Löwenburg

À côté des chemins de randonnée et les points de vue panoramiques, les ruines des châteaux forts médiévaux sont des endroits intéressants à voir dans les Siebengebirge.

Les ruines médiévales

Vous pouvez en visiter trois dans la même journée : Drachenfels, Löwenburg et Rosenau. Tout d’abord, oui, les montagnes et les châteaux–forts médiévaux portent le même nom. C’est vrai que c’est un peu confus. De plus, il y a le château de Reitersdorf à Bad Honnef au bord du Rhin, au pied du Siebengebirge.

Aujourd’hui, les ruines des château-forts sont des attractions touristiques. Ainsi c’est un peu difficile de s’imaginer les Siebengebirge au Moyen Âge lorsque ces châteaux-forts ont été construits. Imaginons des forêts denses tout autour, des sentiers de terre battue plutôt que de larges sentiers pour piétons, cavaliers et, des brouillards, pas de lumières et pas d’auberges. En fait, ca a dû être intimidant, surtout les jours brumeux.

Des noms impressionnants

Le Moyen Âge central, c’était le temps des chevaliers médiévaux, de la poésie des troubadours, de l’art romanique et des châteaux forts médiévaux. La plupart des châteaux forts ont reçu des noms assez impressionnants. Drachenfels = Rocher du dragon, Löwenburg = Château des Lions – ces noms ressemblent à des sites d’un conte de fées. Sur les armoiries des burgraves de Drachenfels, on voit un dragon d’argent sur un fond rouge qui regarde vers la droite. Les comtes de Sayn, seigneurs de Löwenburg, avaient en fait un lion dans leurs armoiries. D’où cela vient-il ? Parlons un peu des dragons et lions comme animaux héraldiques.

Siebengebirge histoire, Haut Moyen Age, dynastie des Saxons et Saliens
Ruine médiévale Wolkenburg

Le château fort disparu

Il ne reste rien non plus du château fort médiéval situé au sommet du mont Wolkenburg. Et pourtant, au Moyen-Âge ce château fort de l’archevêque était un un des plus puissants sur le Rhin. Aujourd’hui, nous n’avons qu’une épure qui nous en donne au moins une idée.

À l’époque de la dynastie des Saliens, les archevêques de Cologne étaient des hommes puissants dans le Saint Empire romain et dans notre région. L’archevêque Friedrich Ier de Schwarzenburg (1100-1131) a sécurisé le sud de l’archevêché en construisant plusieurs fortifications, dont le château de Wolkenburg en 1118 et le château de Rolandseck de l’autre côté du Rhin. L’archevêque lui-même aimait venir ici, et il y est meurt.

Postes de péages sur le Rhin moyen

Dans la vallée du Rhin, on trouve beaucoup de ruines ou même des châteaux forts médiévaux bien conservés. Notre région est située au nord de la vallée du Rhin moyen, au sud du land Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Par contre, parlant en termes médiévauxc’était la frontière sud de l’archevêché de Cologne. Quatre des sept princes-électeurs du Saint-Empire romain – les archevêques de Cologne, Mayence et Trèves et le comte palatin du Rhin – y détenaient des territoires, ainsi que de nombreux ducs régionaux.  La carte parassait à un tapis patchwork.

Ces princes et ducs au Rhin ont découvert les péages comme source de revenus lucrative. Alors ils font construire des châteaux-forts comme postes de péage, afin qu’aucun navire ne puisse passer leur territoire sans payer. Pourtant, les châteaux-forts Drachenfels et Löwenburg n’étaient pas des postes de péage. Le poste le plus prochain se trouvait à Bonn (au sens strict, Bonn est Basse-Rhénanie).

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*