Reserve naturelle

Le parc naturel Siebengebirge est une réserve naturelle depuis longtemps. Aujourd’hui, de nombreuses plantes et d’animaux rares y ont trouvé leur abri, et il y a des règles strictes afin qu’ils puissent vivre en paix. Nous, les humains, nous y sommes les bienvenus si nous respectons les règles de conduite. Pour nous, il y a des sentiers, des restaurants forestières et des refuges.

Natura 2000 et la directive « habitats »

Les Siebengebirge sont aussi un site Natura 2000. Cela signifie qu’ils font partie d’un réseau européen de zones protégées désignées respectivement par la directive « Habitats » et la directive « Oiseaux » de l’Union européenne (directive 92/43/CEE concernant la conservation des habitats naturels ainsi que des espèces de la faune et de la flore sauvages). C’est une directive de l’UE sur la conservation de la nature. La faune comprend les animaux, la flore comprend les plantes. Elle est transposée en droit national allemand.

Selon la directive « Habitats », les hêtraies Luzulu-Fagetum, les hêtraies à aspérules, les chênaies-charmaies humides à stellaires holostées et, bien sûr, les chauves-souris transmettent l’importance du Siebengebirge pour le réseau Natura 2000. Quant aux les oiseaux, le rossignol, le martin-pêcheur, le faucon-crécerelle, le hibou grand-duc chouette et bien d’autres vivent dans les Siebengebirge.

Cellules forestières naturelles

Les cellules forestières naturelles aux montagnes Nonnenstromberg et Petersberg ont été créées bien avant, en 1987. Au Mont Nonnenstromberg, nous avons des hêtres âgés de 140 à 150 ans, et des chênes près du sommet. Au nord et au sud, il y a des chênes sessiles âgés de 155 et 120 ans. Dans la cellule forestiêre naturelle au Mont Petersberg, nous trouvons des hêtres de 145 à 165 ans.

La troisième plus vieille réserve naturelle d’Allemagne

Les Siebengebirge sont une réserve naturelle depuis 1922/23, donc la troisième plus vieille en Allemagne après les réserves naturelles de la vallée du Neander (Neandertal, 1921) et de la lande de Lunebourg (Lüneburger Heide, 1921).

À cette époque, la république de Weimar, la Rhénanie appartient à l’État libre de Prusse. Après la défaite de la Grande Guerre et le traité de paix de Versailles, les Alliés occupent une grande partie de la Rhénanie. Pendant de nombreuses années, l’association Verein für die Verschönerung des Siebengebirges (VVS) s’était battu pour la préservation des Siebengebirge. On avait amassé de l’argent à maintes reprises, acheté des terrains et enduré des procédures difficiles. Mais après la guerre, tout est perdu, il manque de tout et la VVS n’a plus d’argent.

Alors d’autres parties font des plans pour réouvrir les anciennes carrières. La VVS ainsi que l’association Rheinischer Verein für Denkmalpflege und Heimatschutz, fondé en 1906, protestent, et un home important vient au secours: le maire de Cologne, Konrad Adenauer. « Les Siebengebirge », déclare-t-il, « sont un parc national rhénan dont la destruction, même partielle, provoquerait une vive indignation de toute la population de la Rhénanie ». Les gens comptaient sur nos Siebengebirge pour que les populations urbaines les plus pauvres puissent s’y reposer, ajoute-t-il.

Et il y a une nouvauté fondamentale : la constitution de Weimar de 1919 inscrit la protection de la nature comme tâche de l’État. Ainsi, en 1920, l’état de Prusse autorise ses provinces pour classer des réserves naturelles. Le 7 juin 1922, les Siebengebirge sont classés comme réserve naturelle. Quelques mois plus tard, la Haute commission interalliée aux territoires rhénans confirme le classement, et il entre en vigueur le 20 janvier 1923.

Parc naturel et diplôme européen

En 1958, les Siebengebirge recoivent le statut de parc naturel selon la loi allemande.

Le 15 octobre 1971, les Siebengebirge recoivent le diplôme européen pour les zones protégées. La pierre commémorative se trouve sur le mont Weilberg. Ce diplôme est délivré par le Conseil de l’Europe et vise à sauvegarder la diversité biologique, géologique et paysagère. Depuis 1999, il est appelé « Diplôme européen pour les espaces protégés ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*