Votre guide

Contes des Siebengebirge, la jeune femme de Löwenburg
Ruine médiévale Löwenburg

Quand vous partez à la découverte des Siebengebirge, il vous serait utile d’en savoir un plus plus des noms allemands. Par example, mont « Nonnenstromberg » se traduit, lettre par lettre , comme « mont religieuses électricité ». Pourtant, la montagne n’a rien à voir ni vec les religieuses ni avec l’electricité.

L’histoire des Siebengebirge et de la Rhénanie est aussi un peu l’histoire de l’Allemagne et de l’Europe. C’est pour cela qu’il y a les paragraphs courts « un regard au-delà des Siebengebirge » sur les pages d’histoire.

Notre aimable guide est Marguerite, l’épouse poitevine du chevalier Brexger de la suite du comte de Sayn au château fort Löwenburg. Le comte est une personne historique, Marguerite et Brexger sont fictives. Là où vous voyez son image, il y a des explications sur les noms allemands ou le contexte historique.

Marguerite
Marguerite est de Poitiers, elle grandissait à la cour d’Aliénor d’Aquitaine avec une foule d’enfants, entre eux le petit Otton de Brunsvick, fils d’Henri le Lion, qui avait été exilé par Frédéric I Barberousse. Comme Henri avait épousé Mathilde Plantagenêt , fille d’Aliénor d’Henri II d’Angleterre, il s’est rendu avec se famille à leur cour. C’est ainsi que le petit Otton passait sans enfance à la cour angevine, avec beaucoup d’autres enfants autour de lui, entre eux Marguerite. En 1198, Otton a été élu roi par plusieurs princes allemands, il s’est rendu en Allemagne et il a emmené Marguerite. Mais d’autres princes avaient déjà élu Philippe de Souabe de la famille des Hohenstaufen, et une guerre est éclatée. Comme Cologne était la capitale d’Otton, la Rhénanie a été dévastée. Les comtes de Sayn étaient partisans d’Otton, c’est ainsi que Marguerite a rencontré Brexger.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*