Ofenkaulen

Mine abandonnée Ofenkaulen, Siebengebirge, Königswinter
Mine abandonnée Ofenkaulen

La montagne Ofenkaulberg se trouve tout près de l’autoroute L331. Juste dessous de l’arrêt de l’autobus Rosenauer Straße il y a un sentier qu’y mène. Ici, les Siebengebirge ont l’air romantique et sauvage, à plus d’un endroit même crevassées, mais ce n’était pas toujours le cas. Pourtant, le reboisement cache des souvenirs très douloureux de ce lieu.

Une mine souterraine

La montagne Ofenkaulberg consiste en grande partie de tuf. Depuis la fin du 18e siècle, il y avait une mine souterraine ou l’on extrayait de tuf dont on fabriquait des fours. Par la suite, vers 1890, on connait bien les fours de Königswinter et en achetait beaucoup. Dans la montagne, il y avait un réseau de galeries très ramifiée à plusieurs étages. Pourtant, dans les années 1930 l’industrie a décliné, et enfin on a abandonné l’extraction de tuf dans les Ofenkaulen.

Travail forcé

En 1944, pendant la Seconde Guerre mondiale, on a transféré une partie de l’industrie de l’armement dans la mine abandonée.  Ici des déportés du travail russes et polonais ont dû fabriquer des pompes à injection pour des avions de combat. En Février et Mars de 1945, des gens de Königswinter se sont mis à l’abri des raids aériens dans la mine abandonnée.

Résidence d’hiver des chauves-souris

Aujourd’hui la mine abandonnée Ofenkaulen est fermée et les anciens entrées sont recouverts de béton. Seuls les chauves-souris peuvent entrer et sortir, car aujourd’hui c’est leur résidence d’hiver ou ils peuvent hiberner en tout paix.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*